Concevoir la toute première motomarine électrique de production en série au monde, ce n’est pas rien! C’est un défi que les talentueux concepteurs et ingénieurs de Taiga ont accueilli à bras ouverts. N’ayant aucune expérience de l’élaboration de véhicules à moteur à essence, ils ont débuté à la case départ. Résultat? La motomarine Orca qui ne s’apparente à rien d’autre sur le marché.

« Ça ne se voit peut-être pas au premier coup d’œil, mais nous avons énormément travaillé sur l’optimisation de l’Orca », explique Clovis Roy-Bernier, ingénieur en plateforme nautique qui a mené la conception de la coque de l’Orca. Après avoir obtenu sa maîtrise en génie maritime en Angleterre, Clovis Roy-Berner a sauté sur l’occasion de se joindre à l’équipe de Taiga pour travailler à la conception de l’Orca. Sa passion pour les bateaux remonte à son enfance, quand il habitait en Gaspésie, dans l’est du Québec : « J’ai grandi au bord de la mer et j’ai commencé à faire de la voile à l’âge de cinq ans. J’ai toujours aimé l’eau », dit-il.

Clovis Roy-Bernier, Nautical Platform Engineer

De même, depuis aussi longtemps qu’il se souvienne, le concepteur mécanique Moran Le Calonnec se fascine lui aussi pour les véhicules. Ayant étudié à la fois l’ingénierie et le design industriel, il sait conjuguer utilité et créativité. « Au début, nous voulions créer ce qu’il y aurait de plus impressionnant, de plus beau, dit-il. Ensuite, nous avons simplifié la conception pour en faire un produit que nous pouvons réellement produire et que le client reconnaîtra. »

Moran Le Calonnec from the Taiga design team
Moran LeCalonnec,Mechanical Designer

Pour l’Orca, ils se sont inspirés de diverses sources, dont leur expérience du plein air. « Je fais souvent des randonnées pédestres, et le bruit des motoneiges et des motomarines m’embête, explique M. Moran. Nos produits sont donc plus discrets, et nous essayons de le communiquer dans le design. » Résultat? Une motomarine qui est aussi silencieuse que ses lignes sont épurées.

« Le fait qu’il s’agisse d’une motorisation électrique, c’est l’occasion d’explorer ou d’innover quand vient le temps de concevoir le véhicule ou même ses accessoires », ajoute le designer industriel principal Sergio Mora. Les sièges de la motomarine Orca en sont un bon exemple : puisqu’il n’y a pas de moteur à combustion sous les sièges, il y a davantage d’espace pour les accessoires et d’autres options qui pourront être développées pour les modèles suivants.

Sergio Mora, Industrial Designer

En partant de zéro pour concevoir l’Orca, nous avons pu optimiser chaque aspect de la coque. Celle-ci a une incidence majeure sur les performances globales de la motomarine puisqu’elle lui permet de flotter et de rester stable et manœuvrable à différentes vitesses. Avant de construire un prototype, nous avons utilisé des simulations sur ordinateur pour évaluer les performances de l’Orca sur l’eau et nous avons mis au point la forme de la coque pour réduire sa résistance et maximiser l’autonomie.

La coque et le pont de l’Orca sont tous les deux faits de fibre de carbone; ce matériau rigide et léger nous a permis d’obtenir la forme et le poids souhaités pour la motomarine. « Pour atteindre l’autonomie visée, nous devons être en mesure de réduire au maximum son poids, et la fibre de carbone est le meilleur matériau à cet effet », explique M. Roy-Bernier.

Selon ce dernier, la motomarine Orca est unique en son genre étant donné qu’elle regroupe les meilleurs éléments offerts sur le marché, des plus petits modèles de motomarines aux plus grands. « Avec l’Orca, nous avons créé une motomarine très agile et manœuvrable à basse vitesse, mais qui reste stable à vitesse élevée. »

Regardez la vidéo ci-dessous